formation au rabais


A quelques jours de la gréve du 12/02 contre les projets Peillon, certains hésitent encore pour participer au mouvement en considérant que les aspects négatifs de la loi d'orientation ( régionalisation des CIO, décentralisation de la voie professionnelle, réforme des rythmes scolaires, poursuite et accentuation des réformes précédentes: socle commun, livret de compétences, bac pro 3 ans, réforme du lycée.etc....) seraient contrebalançés par deux pseudos aspects positifs: les créations de postes et le retour de la formation des enseignants.

Sur le premier point rappelons que les créations ne couvriront même pas les besoins et ne permettront pas de revenir à la situation (déjà dégradée) de 2011, en outre en aucun cas la loi d'orientation n'intégre les dites créations de postes!

Sur le second point, nous nous joignons au collectif IUFM de Livry ( voir ci-dessous) pour dénoncer la mascarade organisée par le ministére autour de la formation et du recrutement des enseignants.


Le Collectif IUFM de Livry (93), soutenu par l’Intersyndicale SNESup / CGT / Sud,  vous appelle à signer la pétition « POUR UNE RÉELLE REFONDATION DE LA FORMATION DES ENSEIGNANTS ».

Nous vous appelons aussi à la diffuser massivement dans les écoles, collèges, lycées et universités, auprès des enseignants, étudiants, parents d’élèves, élus et de tous ceux qui ont à cœur la qualité de l’enseignement public.

 

http://www.petitions24.net/pour_une_reelle_refondation_de_la_formation_des_enseignants

 

POUR UNE RÉELLE REFONDATION

DE LA FORMATION DES ENSEIGNANTS

 

Le ministère de l’Education nationale et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche considèrent comme acté leur projet concernant la formation et le recrutement des enseignants alors que les débats parlementaires n’ont pas encore eu lieu.

 

Avec un concours de recrutement situé à la fin de la première année de master (M1), ce projet ne permettra pas de former correctement les futurs enseignants :  la première année de master sera une année de bachotage ne laissant aucune disponibilité d’esprit pour la recherche, tandis que la deuxième (M2) sera infernale pour les étudiants qui devront tout à la fois valider les enseignements du master, rédiger un mémoire et assurer un service d’enseignement à mi temps.

 

Nous proposons au débat parlementaire un vrai projet de formation assurée par des équipes pluricatégorielles (universitaires, praticiens-formateurs, enseignants spécialisés, inspecteurs, etc.) qui comporterait :