Création d'un corps de Psychologues de l'Education Nationale

Création d'un corps de Psychologues de l'Education Nationale

le Comité Technique  Ministériel du 17 novembre  a adopté par 11 voix pour et 4 contre (dont CGT, Cfdt, FO) le projet de décret créant le corps des Psychologues de l'Education Nationale...

Si la CGT Educ’action considérait que la situation des COP Psy méritait d’être éclaircie et améliorée, elle n’était pas  favrorable à la constitution d’un nouveau corps de Psychologues de l'Education Nationale. Ce nouveau corps s’oppose en effet à notre revendication de la création d’un corps unique dans l’Education nationale.

La CGT Educ’action dénonce également le bricolage qui est nécessaire pour parvenir à ce corps qui est en réalité la juxtaposition de deux demis corps. En effet, l’introduction de spécialités maintient et poursuit la distinction des deux métiers déjà existants sans prévoir d'ailleurs de réelles passerelles.

Surtout, l’instauration de ce nouveau corps entraine de nombreuses questions et quelques craintes sur le devenir de ce corps, sur le métier et les missions des collègues et ne répond pas aux problèmes rencontrés.

Tout d’abord, signalons que les modalités de recrutement et le détail des missions ne vont pas faciliter le recrutement de la spécialité « éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle ». C’est d’ailleurs celle-ci qui pose le plus de problème à l’heure actuelle avec un nombre élevé de faisant-fonctions. Pas sûr que ce nouveau corps stoppe cette précarité, bien au contraire. 

On peut d’ailleurs s’interroger à terme à la survie de ce corps : quel volume de recrutement ? Quelles garanties pour que ce corps reste dans l’Education nationale ? Quelle place dans notre administration quand on voit qu’il y une possibilité de détachement en entreprise ?

D’autre part, nos craintes sont plus appuyées sur la spécialité « éducation, développement et apprentissages ». Celle-ci remet profondément en question le recrutement et l’origine professionnelle des collègues. Elle met un terme aux fondements et aux conditions du métier voulus par Wallon lors de sa création. 

En n’étant plus PE, les psychologues n'ont plus de compétence d'enseignement adapté alors qu'ils en avaient dans les RASED. Nous considérons que les psys scolaires sont des PE avec un métier spécifique, au même titre qu’il existe des directeurs d'école ou des conseillers pédagogiques. On se prive ainsi de compétences d’analyse, de pratiques et d’expertises dans un champ professionnel pédagogique spécifique. D’ailleurs, il est plus qu’inquiétant que ce vaste document ne précise pas plus les missions des collègues et que la notion de RASED ne soit mentionnée qu’une seule fois

Cela augure mal du devenir des réseaux d’aide, de la place et des missions des psychologues auprès des élèves, du traitement des difficultés scolaires. En stipulant une intervention pêle-mêle auprès d'élèves en difficultés, en situation de handicap, de décrochage, ces nouveaux psychologues scolaires entre dans le processus de disparition de l'enseignement adapté souhaité par l’administration et acté par le projet de refonte du CAP-SH.

Concernant le déroulement de carrière, nous refusons, comme pour les autres corps de l’EN, que celui-ci soit soumis aux nouvelles dispositions PPCR.  
La CGT Educ’action maintient son opposition à des mesures qui instaure un grade à accès fonctionnel et donc une rémunération au mérite. 

D’autre part, le passage sous la responsabilité des recteurs-trices se fera en défaveur des psychologues du premier degré. Ce transfert aura des conséquences sur les mutations interdépartementales et académiques. Nous nous opposons à ces mesures que nous craignons pour les personnels et pour les réseaux. Quel sera le pilotage départemental du pôle de ressource de la circonscription avec deux autorités différentes ?

Enfin, la CGT Educ’action refuse que l’Education nationale se prive de certain-e-s collègues formé-e-s sous prétexte qu’ils-elles devraient choisir entre intégrer ce nouveau corps ou rester dans l’ancien de PE-Instits. Nous demandons qu’une possi