Bilan mobilisation du 18 Mars

 

P1110999 P1120013P1120017

 

Notre responsabilité : refuser le Pacte !

Mardi 18 Mars l'Intersyndicale CGT, FSU, FO, SUD appelait à une journée interprofessionnelles de grève et de manifestation contre le pacte de responsabilité et ses conséquences notamment sur les services publics.

Ainsi à Toulon ce sont plusieurs milliers de manifestants qui ont défilé au 1er rang desquels de nombreux enseignants ( voir les photos ici )

En effet la CGT Educ'Action du VAR qui a pris toute sa place dans le cortége considére que  la mise en place du pacte de responsabilité par le gouvernement induira un nouveau recul des moyens alloués à l'action publique.

Les actions poursuivies, au nom de la pseudo « modernisation de l'action publique » ou de l'acte III de la décentralisation, vont imposer de nouvelles purges budgétaires aux services publics.

La volonté d'imposer des économies budgétaires aura pour conséquence d'enfermer toutes négociations, notamment sur les salaires ou les déroulements de carrière, dans le carcan de la réduction de la dépense publique.

Le blocage de la valeur du point d’indice, depuis juillet 2010, et l’augmentation des prélèvements ont d’ores et déjà entraîné des pertes nettes de rémunération inacceptables. 

Rappelons que dans l’éducation  Depuis 2000, notre perte de pouvoir d'achat s'élève à 15 % de notre salaire, soit 254 € par mois à l'entrée dans le métier, 343 € au 7ème échelon de la classe normale, 457 € au dernier échelon et 543 € pour celui de la hors-classe.

En outre les coupes budgétaires vont accentuer la dégradation de nos conditions de travail  qui sont déjà à l’œuvre suite aux réformes Peillon :

 Dans le 1er DEGRE  les conséquences de la réforme des rythmes scolaires sont déjà perceptibles :

  • Plus de coupure  pour les enfants et les adultes dans la semaine
  • 25 % d'augmentation des frais de transport
  • Pour les collègues particulièrement éloignés de leurs postes une augmentation du temps de transport qui peut aller à plus de 2 h par semaine.
  • Des problèmes de garde des enfants dans une profession féminisée à plus de 80 %, avec en plus des frais supplémentaires
  • Des difficultés pour les collègues qui n'ont pas leurs enfants scolarisés dans la même commune (TRS ou collègues nommé-e-s à titre provisoire entre autres qui pourront avoir des horaires différents de leurs enfants)
  • Des problèmes de « couplages » pour les personnels sur postes fractionnés
  • Des pauses méridiennes dépassant les 2 heures
  • Des horaires différents dans les écoles d’une même commune.

 Dans le SECOND DEGRE les résultats des discussions sur les chantiers des métiers  nous montrent que des modifications des obligations réglementaires de service sont bien à l’ordre du jour :

  • Risque d’annualisation des services des enseignants